Publié par PhysioExtra, le 31 août 2021
Conseils pratiques

Douleurs à la main: comment soulager le syndrome du tunnel carpien?

Conseils d'experts

Vous souffrez d’engourdissements ou de douleurs au niveau du pouce, de l’index, du majeur ou de l'intérieur de la main? Vos symptômes sont associés à des mouvements répétitifs du poignet comme le travail à l’ordinateur? Il pourrait s'agir du syndrome du tunnel carpien. Mais qu'est-ce que c'est? Comment faire pour soulager la douleur? Peut-on la prévenir? Voici nos conseils d'experts.

Qu'est-ce que le syndrome du tunnel carpien?

Le syndrome du tunnel carpien est une affection au niveau des nerfs du bras, plus spécifiquement le nerf médian, qui se retrouve comprimé dans le canal carpien du poignet. Cette compression survient la plupart du temps à la suite de gestes répétitifs du poignet comme l’utilisation d’une souris d’ordinateur ou la manipulation d’outils spécifiques.

Les principaux symptômes ressentis sont des douleurs ou des engourdissements à l’intérieur de la main, au pouce, à l’index ou au majeur. Ils sont souvent plus intenses la nuit, alors que le poignet se retrouve plié dans une certaine position durant de longues heures. C’est justement lorsque le poignet est fléchi ou en extension sur de longues périodes que la compression du nerf médian est plus importante et provoque des symptômes. Une perte de force et une sensation de froid ou de brûlure au niveau de la main peuvent également être ressenties.

Qu'est-ce qui peut causer ce type de blessure?

Comme mentionné précédemment, le syndrome du tunnel carpien est causé par une compression du nerf médian dans le tunnel carpien. Voici les principaux facteurs qui peuvent contribuer à cette compression.

Mouvements répétitifs du poignet

L’utilisation répétitive du poignet et de la main notamment avec la souris d’ordinateur ou des outils de travaux manuels peut être à l’origine du frottement du nerf dans le canal. Certains muscles sursollicités peuvent également devenir tendus et accentuer la compression du nerf, lorsqu'elle est déjà présente.

Posture assise au bureau

L’ergonomie au travail peut jouer un rôle important dans l’apparition du syndrome du tunnel carpien. Un poste de travail mal adapté avec une tête projetée vers l’avant, un écran trop bas, des épaules enroulées vers l’avant, les poignets en extension ou les coudes trop loin du corps sont des exemples typiques de postures qui, sur de longues périodes, peuvent contribuer à sensibiliser les nerfs du bras et favoriser la survenue du tunnel carpien.

Plus précisément, les postures sous-optimales maintenues pendant des périodes prolongées peuvent créer des tensions ou des raideurs à certaines régions, notamment au niveau du cou, des épaules et du haut du dos. De cette façon, si votre nerf médian se retrouve coincé à l’une ou plusieurs de ces interfaces, sa mobilité devient réduite au niveau du poignet et le rend plus fragile à la compression dans le tunnel carpien.

Antécédent de blessure au poignet

Un antécédent de blessure au poignet, comme une fracture ou une entorse importante, peut contribuer à diminuer l’espace du tunnel carpien et ainsi favoriser une compression du nerf médian.

Comment prévenir ce type de blessure?

Pour les travailleurs de bureau, la posture assise joue un rôle prédominant dans la prévention et le traitement du tunnel carpien. Le principe est simple: vous voulez éviter de créer des tensions à la fois musculaires ou articulaires tout le long du trajet de vos nerfs du cou à la main et ainsi diminuer le risque de compression neurale.

Le premier conseil est d’éviter la position assise prolongée, donc d’essayer de se lever toutes les heures pour bouger quelques minutes avant de se rasseoir. Ensuite, essayer d’adopter de meilleures habitudes posturales assises est essentiel dans le traitement du tunnel carpien. Une position neutre du poignet (sans inclinaison du poignet sur le clavier ou la souris) et un écran à la hauteur des yeux sont des éléments de base à vérifier en lien avec ce syndrome.

Vous trouverez dans le guide ci-dessous tous les éléments à considérer en lien avec la posture assise, ainsi que plusieurs exercices généraux d’étirements pouvant aider à prévenir l’apparition de tensions indésirables.

TRAVAIL À L'ÉCRAN: GUIDE PRATIQUE

Quoi faire à la maison pour soulager le syndrome du tunnel carpien?

Si vous présentez des symptômes légers et intermittents qui s’apparentent au syndrome du tunnel carpien, plusieurs exercices et modalités antalgiques s’offrent à vous pour diminuer vos symptômes.

La première chose à faire est d’essayer de limiter les mouvements répétitifs du poignet en prenant des pauses régulières de 1 à 2 minutes toutes les 30 minutes au travail ou lors de projets manuels à la maison. Surveillez également la position du poignet à l’ordinateur et dans la voiture en vous assurant qu'il ne soit pas plié sur de longues périodes (plus de 30 minutes).

Pour soulager la douleur, vous pouvez appliquer de la glace durant 15 minutes au niveau du poignet. Certains exercices de mobilisations articulaires et neurales peuvent également vous soulager en fonction du degré de l’atteinte. Toutefois, si ces exercices augmentent la douleur, nous vous recommandons de consulter un ou une physiothérapeute pour obtenir une évaluation approfondie de votre condition. Selon la nature de vos symptômes, votre thérapeute pourra vous dire quelles sont les avenues de traitement les plus appropriées pour vous.

TÉLÉCHARGER LES EXERCICES

Quels sont les traitements disponibles?

Dans la majorité des cas, une prise en charge en physiothérapie est recommandée. Les traitements pourraient inclure un programme d’exercices plus spécifiques, des mobilisations des os de votre poignet, des mobilisations neurales et des techniques de relâchement musculaire aux différentes interfaces du nerf médian (cou, épaule, coude et poignet). Pour certains, le port d’une orthèse rigide pourrait être recommandé, principalement la nuit, pour permettre une position neutre du poignet et limiter la compression du nerf sur de longues heures.

Pour les cas plus sévères qui durent depuis plusieurs mois, certaines interventions médicales et chirurgicales peuvent être envisagées telles que l’infiltration de cortisone ou la chirurgie de décompression du nerf médian dans le canal. Ces interventions seront envisagées seulement s’il y a échec du traitement conservateur, c’est-à-dire après une prise en charge en physiothérapie.

 

Article écrit par Mathieu Gareau, physiothérapeute

Partager cet article
Nouveau call-to-action