Publié par PhysioExtra, le 20 novembre 2020
Conseils pratiques

Quel est le meilleur moment pour consulter un physio?

À quel moment faut-il prendre un rendez-vous?

Plusieurs personnes hésitent à prendre rendez-vous en physiothérapie. Faut-il attendre que l’inflammation diminue? Faut-il voir d’abord un médecin? Est-il préférable de consulter en présence ou en l’absence de douleur? Voici un guide pour répondre à toutes vos questions!

Quels sont les signes qui indiquent qu’on devrait consulter un physio?

La présence de douleur est toujours un signe que l’on devrait consulter. Souvent, cette douleur nuit aux activités du quotidien, au travail ou dans un sport. La douleur peut être constante ou intermittente. Par exemple, si vous ressentez de la douleur au dos de façon récurrente, quelques fois par année, vous bénéficieriez de consulter en physiothérapie, même si la douleur n’est pas toujours présente. Les traitements permettraient d’éliminer ou de réduire les symptômes, en plus de prévenir l’apparition de problèmes plus graves.

Il est également recommandé de consulter après un traumatisme, que ce soit un accident du travail, de la route, dans la pratique d’un sport ou tout autre accident, comme une chute. Un suivi en physiothérapie favorisera un rétablissement optimal en plus de vous guider, étape par étape, et de vous aider dans la gestion des symptômes.

La présence d’engourdissements ou de picotements est un autre signe qu’il serait bon de consulter en physiothérapie, afin de déterminer la source du problème et les traitements adéquats.

Il est même possible de consulter en prévention, grâce à l’évaluation préventive en physiothérapie, afin de déceler différents problèmes qui pourraient éventuellement mener à l’apparition de douleurs ou avant de commencer une nouvelle activité, comme la course à pied.

Le saviez-vous? Certains physiothérapeutes ont une expertise pour traiter les étourdissements et vertiges, les problèmes à la mâchoire, les douleurs et dysfonctions pelviennes ou les douleurs reliées à la course à pied ou le vélo.

Faut-il consulter d’abord un médecin?

Au Québec, les physiothérapeutes travaillent en première ligne, ce qui veut dire que vous n’avez pas besoin de référence médicale. Vous pouvez prendre rendez-vous directement avec un physiothérapeute, qui est l’expert des conditions musculosquelettiques. Si jamais votre condition nécessite un avis médical, le physiothérapeute vous dirigera vers le professionnel approprié.

Après une blessure, faut-il consulter immédiatement?

Il est recommandé de consulter le plus rapidement possible afin d’agir rapidement sur la blessure et ses symptômes. Le physiothérapeute pourra, dès le départ, vous donner des conseils de gestion de la douleur et de l’inflammation en plus d’établir un plan de traitement approprié.

Le saviez-vous? Depuis le 21 mai 2020, les physiothérapeutes peuvent prescrire des radiographies pour un traumatisme musculosquelettique survenu il y a moins de 72 heures, s’ils sont formés pour le faire et détiennent une attestation. Ceci pourrait vous éviter de passer plusieurs heures à l’urgence!

Est-il préférable de consulter en présence ou en l’absence de douleur?

Les deux sont possibles. L’idéal est de consulter dès que la douleur se présente afin de réduire les symptômes le plus rapidement possible et d’obtenir des conseils sur la gestion de la douleur. Mais même si la douleur est absente au moment du rendez-vous, le physiothérapeute pourra évaluer la fonction, la mobilité, la force et la stabilité, entre autres, afin d’identifier ce qui cause la douleur. L’intervention sera donc bénéfique dans les deux cas!

Le saviez-vous? Le physiothérapeute peut travailler en interdisciplinarité avec le pharmacien pour la prise de médicaments anti-inflammatoires ou de relaxants musculaires, par exemple, lorsque ceux-ci optimisent le traitement de la douleur ou de la blessure.

En résumé, y a-t-il des situations dans lesquelles il est préférable d’attendre avant de consulter en physiothérapie?

Vous l’aurez compris, l’idéal est toujours de consulter le plus rapidement possible!

 

Article écrit par Catherine Mireault-Germain, physiothérapeute

Partager cet article
Nouveau call-to-action