Publié par PhysioExtra, le 4 mars 2020
Rééducation périnéale et pelvienne

Douleur lors des relations sexuelles: comment la physiothérapie peut vous aider

Pour briser le tabou

La douleur lors des relations sexuelles est plus répandue que vous ne le croyez. Une femme sur deux peut ressentir des douleurs lors de la pénétration vaginale à un moment dans sa vie, mais cette douleur peut persister pour 4 à 28% des femmes lors de la pénétration. Comment soulager ces douleurs?

Vous n'êtes pas seule

Souvent, les femmes se sentent mal à l’aise d’en parler, se perçoivent diminuées ou encore anormales… et se retrouvent isolées.

Ces douleurs peuvent provenir, entre autres, d’infections urinaires, ménopause, fracture autour du périnée (muscle du plancher pelvien qui se situe entre le pubis et le sacrum), fracture du bassin, entorse lombaire, accouchement, certaines chirurgies, ablation d’hémorroïdes, fistules ou fissures anales, abus sexuel, stress, etc.

Ces incidents peuvent créer des dysfonctionnements musculaires qui peuvent entrainer des spasmes musculaires ou tensions neurales qui peuvent produire les douleurs ressenties.

Voici quelques types de diagnostics :

  • Dyspareunie : douleur lors de relations sexuelles
  • Vulvodynie : inconfort vulvaire
  • Vaginisme : contraction musculaire à l’entrée du vagin
  • Vestibulite : douleur entre les petites lèvres à l’entrée du vagin (douleur à la pénétration, insertion du tampon, examen gynécologique, promenade en vélo…)
  • Névralgie pudendale (nerf honteux) : douleur de la région pelvienne entre l’anus et le vagin
  • Cystite interstitielle (vessie douloureuse chronique) : sensation de brûlure

Comment soulager ces douleurs? Première étape: il faut en parler!

On propose un travail d’équipe, débutant avec son médecin, afin d’avoir un examen qui pourrait éliminer certains problèmes et mieux cibler l’origine de la douleur.

La physiothérapie peut être une approche bénéfique pour vous aider à mieux gérer les douleurs et peut-être même, les éliminer. Pour commencer, en physiothérapie, on procède à un bilan de santé comprenant entre autres : antécédents médicaux, conditions personnelles, histoire d’accouchement, origine des symptômes… Puis, on procède à un examen physique évaluant votre bassin, colonne lombaire et périnée. Lorsque l’on évalue votre périnée, on évalue les sites de douleur, la tension musculaire et la force des muscles autour de l’anus et du vagin, car souvent avec la douleur, ces muscles ne travaillent pas adéquatement.

Avec les données de l’évaluation, nous pouvons établir un plan de traitement et ainsi mieux cibler les tissus à relâcher et ceux à renforcer. Nous pouvons utiliser des techniques manuelles par voies internes ou externes au niveau du vagin et de l’anus, ou du bassin. Nous utilisons parfois une sonde avec un appareil pour stimuler le nerf honteux afin de faire travailler adéquatement le muscle ciblé et une technique de biofeedback qui permet de mieux contracter ou relâcher les muscles du plancher pelvien. Des exercices et conseils vous seront donnés afin de maintenir le gain acquis ou encore, mieux progresser dans l’évolution de votre condition.

Comme mentionné au début, c’est un travail d’équipe : à l’occasion, il se peut que la physiothérapeute suggère une consultation avec un sexologue ou un psychologue conjointement aux traitements en physiothérapie.

Pour réussir, la relation de confiance est essentielle et la communication est l’outil numéro 1 de tout traitement.

Partager cet article
Nouveau call-to-action