Publié par PhysioExtra, le 19 juillet 2021
Commotion cérébrale

Quoi faire après une commotion cérébrale?

Les conseils de nos experts

Vous avez subi une chute? Un coup à la tête? Un traumatisme impliquant un coup de fouet ou une sollicitation cervicale forte? Il y a un risque que vous ayez subi un traumatisme craniocérébral léger (TCCL) ou son appellation plus commune, la commotion cérébrale.

Comment reconnaitre une commotion cérébrale?

Les symptômes les plus fréquents lors du choc sont le mal de tête, une sensation d’étourdissement et/ou de nausée, une confusion/désorientation, différents troubles comme la vision floue, une sensibilité à la lumière et aux bruits, de même qu’une fatigue parfois inexplicable (pour en savoir plus). Cette situation, autant pour vous que pour votre entourage, peut souvent être source de stress et d’incompréhension. Ce qu’il faut garder en tête, c’est que ces symptômes, quoique perturbants, sont rarement en lien avec une blessure grave au cerveau. C’est principalement une réponse de protection au choc subi.

Quoi faire au moment de l'accident?

Que ce soit pour vous-même ou une personne à qui vous venez en aide, il faut d’abord s’assurer qu’il n’y a pas de signes d’une urgence médicale. Il est suggéré de faire l’inventaire des symptômes ressentis et d’avoir une personne présente pour supporter et observer la personne blessée. Il est recommandé de consulter en urgence en présence de:

  • Blessure physique directement à la tête (lacération, saignement, enflure locale, etc.)
  • Sensation de faiblesse importante, engourdissements et/ou picotements dans les bras ou les jambes
  • Douleur cervicale importante et incapacité de bouger la tête au-delà de quelques degrés
  • Aggravation des symptômes présents à la suite du choc (augmentation de la confusion, perte des repères de temps/localisation/mémoire, perte de l’état de conscience, augmentation des troubles visuels, etc.).

Quelles sont les étapes de la récupération?

Après avoir éliminé l’urgence, il est suggéré de prendre un repos de 48 heures, même si les symptômes se résorbent après seulement quelques heures ou une journée. Les études démontrent que le cerveau prend autour de 14 jours pour récupérer minimalement de ce type d’accident. Il faut maintenant éviter les stimulations, autant physiques que cognitives, c’est-à-dire:

  • Retrait du travail/école pour 2 jours minimum, puis tant que les symptômes ne sont pas adressés par un professionnel
  • Éviter les écrans, surtout le téléphone cellulaire. Si c'est absolument nécessaire, favoriser un écran large, avec luminosité adaptée, pour de très courtes périodes.
  • La lumière (extérieure et/ou artificielle) est un irritant. Favoriser le port de lunettes solaires à l’extérieur.
  • Le bruit est souvent oublié, mais est aussi un élément irritant. Il est important d’être dans un environnement peu bruyant, avec une ambiance sonore contrôlée. Se retrouver dans un endroit avec plusieurs origines sonores différentes a un effet surstimulant pour le système nerveux, ce qui limite la récupération que l’on recherche à ce stade-ci.
  • Une activité physique minimale est recommandée. Une marche de quelques minutes dans la journée permet de maintenir une oxygénation du cerveau.

Ces recommandations peuvent s’étendre sur une à deux semaines, sachant comme dit plus haut qu’une récupération minimale prend 2 semaines.

Si les symptômes disparaissent dès les 48 premières heures, il est conseillé de reprendre de façon progressive les activités domestiques. Il faut prendre des pauses fréquentes et surtout, ne pas poursuivre les activités, tâches ou efforts qui font réapparaître les symptômes. Il est possible de reprendre les activités physiques sportives sans contact progressivement avec la même restriction par rapport aux symptômes. La reprise du travail/école/sport organisé devrait se faire au minimum après une semaine complète où l’on se réactive doucement et ne devrait pas se faire si l’on ressent encore des symptômes.

Il est important de consulter un professionnel formé pour la prise en charge du TCCL, surtout si les symptômes n’ont pas disparu après 48 heures, afin de recevoir les conseils et les traitements adéquats pour cette condition.

Lorsque le repos est insuffisant, il arrive que les symptômes réapparaissent. Il n’est pas rare de ne plus avoir de symptômes pour plus de 2 semaines et vivre ensuite une récidive de symptômes comme de la fatigue, des maux de tête, des inconforts visuels et des difficultés de concentration et d’attention. Souvent, cette rechute est en lien avec une reprise trop rapide des activités faisant en sorte que le système nerveux n’arrive pas à s’adapter.

La Clinique des commotions PhysioExtra (propulsée par APEXK)

Les experts de la Clinique des commotions PhysioExtra utilisent une approche multidisciplinaire et novatrice adressant les différentes conséquences retrouvées après un TCCL. Ils pourront vous guider autant pour le retour à l’école, au travail ou au sport, les étapes de retour se devant d’être personnalisées, et ce, peu importe que votre accident remonte à la semaine dernière ou à plusieurs années. À chaque commotion, sa réadaptation!

 

Article écrit par Simon Tremblay, technologue en physiothérapie et expert à la Clinique des commotions PhysioExtra

Partager cet article
Nouveau call-to-action