Publié par PhysioExtra, le 18 novembre 2019
Tendinite / Épicondylite / Bursite

Quand l'épaule fait mal: quoi faire?

La tendinopathie de la coiffe des rotateurs

La tendinopathie de la coiffe des rotateurs se manifeste généralement par une douleur à l’épaule qui peut nuire à l’exécution de certains mouvements des bras. La coiffe des rotateurs est composée de quatre muscles, le supra-épineux, l’infra-épineux, le petit rond et le subscapulaire, qui servent à la fois à mobiliser et stabiliser l’épaule.

Tendinopathie ou tendinite?

Le mot tendinopathie est un terme générique qui signifie qu’il y a un dommage à un tendon, soit la partie qui rattache le muscle à l’os. On peut diviser les tendinopathies sous deux catégories : la tendinite et la tendinose.

La tendinite survient en présence d’une inflammation plus ou moins importante à un tendon dans les 3 à 4 premiers jours suivant une blessure. On parle alors de blessure aiguë.

La tendinose est plutôt une blessure chronique, c’est-à-dire que la douleur persiste au-delà de quelques jours. Dans ce cas, ce n’est plus l’inflammation qui cause la douleur. Celle-ci peut être due par exemple à une déchirure partielle du tendon, survenue avec le temps, ou encore un accrochage entre certaines structures de l’articulation de l’épaule qui crée un pincement du tendon lors de certains mouvements.

En résumé, la tendinopathie de la coiffe des rotateurs est une atteinte à un tendon de l’épaule qui peut se manifester de façon aiguë (tendinite) ou chronique (tendinose).

L’imagerie par résonance magnétique

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est un test d’imagerie souvent utilisé par les médecins pour établir un diagnostic. Il faut savoir que bien que ce test permette d’identifier avec plus de précision les structures atteintes, le résultat de l’IRM n’est pas automatiquement corrélé avec la douleur ressentie. Plusieurs études ont démontré qu’une structure peut être endommagée (par exemple lors d’une déchirure partielle d’un tendon) sans qu’il y ait présence de douleur. Au fil des années, il est tout à fait normal d’observer des microdéchirures apparaître chez certaines personnes, en fonction notamment de l’anatomie, de la posture et des activités réalisées par chacun.

Le meilleur indicateur pour détecter un problème à l’épaule n’est donc pas la présence ou non de ces microdéchirures, mais plutôt la douleur. C’est en présence de douleur qu’il est important d’agir afin d’éliminer celle-ci et d’empêcher les dommages au tendon de s’amplifier, pour ainsi pouvoir reprendre toutes vos activités.

Quoi faire?

Pour soulager votre épaule, en présence d'une tendinopathie chronique (ou tendinose) de la coiffe des rotateurs, vous pouvez essayer la chaleur durant 15 à 20 minutes, 1 à 2 fois par jour. L'application de chaleur permet un relâchement musculaire qui peut aider à soulager la douleur. Surveillez bien l'effet ressenti. Si la chaleur rend la région plus sensible, cessez-en l'application.

Vous pouvez également télécharger gratuitement ce programme d'exercices:

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME D'EXERCICES

Comment la physiothérapie peut aider?

En présence d’une tendinopathie de la coiffe des rotateurs, le physiothérapeute évaluera notamment l’amplitude de mouvement et la force de l’épaule atteinte, mais également de tout autre région qui pourrait contribuer à la problématique, comme la colonne cervicale et thoracique. Il est possible que certaines raideurs vertébrales soient impliquées dans la douleur ressentie à l’épaule. Le physiothérapeute pourra également déterminer s’il y a présence d’accrochage ou de raideur lors des différents mouvements effectués avec l’épaule.

Un suivi en physiothérapie permet donc d’évaluer la biomécanique complète de la personne afin d’identifier et de traiter tous les facteurs contribuant à la problématique.

Dans le cas d’une tendinopathie chronique (ou tendinose) de la coiffe des rotateurs, il est important d’entreprendre un programme d’exercices de mobilisation et de renforcement des muscles de l’épaule. L’activation des muscles est essentielle et aidera davantage que le repos pour diminuer la douleur et permettre la reprise de toutes vos activités.

 

Article écrit par Jean-Félix Daloze, physiothérapeute

Partager cet article
Nouveau call-to-action