Publié par PhysioExtra, le 29 novembre 2019
anti-inflammatoire
La glace et les anti-inflammatoires, utiles ou nuisibles à la guérison?

Ce que dit la science

Depuis des décennies, la science médicale nous suggère d’appliquer de la glace dès que la douleur se fait sentir. Cette habitude est ancrée en nous et nous sentons tous cette urgence de mettre de la glace lorsque nous nous faisons une entorse de cheville ou encore lorsque nous nous écrasons le doigt sous une porte. Alors, est-ce que l'application de glace et la prise d'anti-inflammatoires est utile ou nuisible à la guérison?

Est-ce que la science supporte vraiment l'application de glace ou la prise d'anti-inflammatoires?

Un survol des dernières évidences scientifiques a été publié dans cet article écrit par un docteur en physiothérapie de renommée, Bahram Jam. Pour voir l’article complet : http://aptei.com/articles/pdf/Ice-NSAIDs-Paper.pdf

En résumé, Dr. Jam propose premièrement d’utiliser le modèle biologique de la science pour réfléchir sur les bienfaits de la glace et des anti-inflammatoires (AINS).

Il faut comprendre que :

  • L'être humain a évolué depuis des millénaires au cours desquels il a créé un système naturel de guérison tissulaire : l’inflammation.
  • La douleur aiguë (à la suite d'une blessure) est une alerte positive que nous envoie le corps pour éviter de se blesser davantage.

Les études actuelles:

  • Démontrent des évidences pauvres sur le soulagement prolongé et la guérison du tissu par des anti-inflammatoires et l’application de glace.
  • Démontrent une diminution significative de la vitesse de guérison du tissu et de la qualité de celui-ci (étude sur les rats : Takagi 2011).
  • Suggèrent que l’application de glace diminuerait l’effet de pompage lymphatique et augmenterait à moyen terme le maintien de l’enflure (Bleakely et al. 2012).

En regard de cet article, d’autres évidences nous informent que :

  • La douleur post-opératoire doit être soulagée. Une douleur importante post-opératoire augmente les risques de développer des douleurs chroniques associées.

Ce qu’il faut retenir! 

À la suite d'une blessure aiguë non-opératoire :

  • Dans la mesure où la douleur est supportable et que l’enflure ne compromet pas la circulation sanguine, la glace et les AINS pourraient nuire à la vitesse de guérison du tissu.
  • Si la douleur est trop importante et vous empêche de fonctionner : le gain de fonction, occasionné par le soulagement de la douleur, pourrait être mieux qu’endurer celle-ci : la théorie du « no pain, no gain » NE S’APPLIQUE PAS.

Pour toutes questions concernant les meilleures indications en lien avec l’application de glace ou de chaleur, consultez un de nos physiothérapeutes!

 

Sources :

Bleakley CM1, Costello JT, Glasgow PD. Should athletes return to sport after applying ice? A systematic review of the effect of local cooling on functional performance. Sports Med. 2012 Jan 1;42(1):69-87

Takagi, R, et al. Influence of Icing on Muscle Regeneration After Crush Injury to Skeletal Muscles in Rats. J of App Phys. February 1, 2011 vol. 110 no. 2 382-388.

Partager cet article
Prendre rendez-vous en téléréadaptation