Publié par PhysioExtra, le 5 mars 2020
Entorses

L'entorse: quoi faire?

Explications et conseils

Le corps humain est une machine bien complexe. Il est constitué de plusieurs sortes de « tissus » ayant tous un rôle bien spécifique à jouer. Par exemple, le tissu musculaire sert à produire force et mouvement alors que le tissu osseux joue un rôle de support et de protection des organes. Dans le cas d'une entorse, on s’intéresse au tissu ligamentaire. En raison de leur faible élasticité, les ligaments assurent la stabilité des articulations. Ils sont regroupés autour de toutes les articulations du corps dans le but de limiter les mouvements extrêmes pour lesquels l’articulation n’est pas conçue. Une entorse est une lésion d’un ou plusieurs ligaments. Voici ce qu’il faut savoir au sujet des entorses.

Il existe 3 grades d’entorse

Comme mentionné plus haut, l’entorse est une lésion du ligament qui survient à la suite d’un mouvement forcé qui excède l’amplitude normale de l’articulation touchée. Cette lésion peut être constituée d’un simple étirement du ligament jusqu’à la rupture complète de celui-ci.

  • Grade I : Il s’agit uniquement d’un étirement des fibres ligamentaires, il est possible d’observer un léger gonflement au pourtour de l’articulation.
  • Grade II : Il s’agit d’une rupture partielle du ligament (de quelques fibres à la quasi-totalité du ligament). Dans le cas d’une entorse de grade II, il est fréquent d’observer un hématome ainsi qu’un gonflement plus important de l’articulation.
  • Grade III : Un grade III signifie la rupture complète du ligament. Il est difficile de différencier une entorse de grade II d’une entorse de grade III à l’œil, car elles présentent des signes similaires. En cas de doute, l’imagerie médicale permettra de faire la distinction.

Temps de guérison associé à l’entorse

Comme vous pouvez vous en douter, le temps de guérison varie en fonction de la sévérité de l’entorse. Pour une entorse de grade I, on peut espérer un temps de guérison d’environ 2 à 4 semaines alors que pour une entorse de grade II, la guérison peut facilement excéder 6 semaines. Dans le cas d'une rupture complète de certains ligaments, une chirurgie orthopédique peut être indiquée.

Quel est le traitement?

Dès les premiers jours, le traitement consiste principalement à favoriser les conditions optimales de guérison. Le protocole de traitement indiqué peut se résumer par l’acronyme PEACE & LOVE.

Ainsi, dans les premiers jours, on applique les principes thérapeutiques du PEACE :

P : Protection, en cessant les activités qui provoquent de la douleur. Le recours à une canne ou aux béquilles peut être nécessaire. Il est tout de même important de continuer à bouger l'articulation (sans douleur) afin de prévenir le plus possible l'installation d'une raideur articulaire.

E : Élévation du membre atteint, dans une position au-dessus du coeur, le plus souvent possible.

A : On évite la prise d'anti-inflammatoires (ibuprofène comme Advil, diclofenac comme Voltaren Emulgel, Naproxen, etc.) qui ralentissent la vitesse de guérison des tissus. On évite également d'appliquer de la glace.

C : On applique une compression sur la zone enflée à l’aide d’un bandage élastique ou autre (jusqu'à 10 cm au-dessus de la zone atteinte en partant de la périphérie). On maintient cette compression le plus souvent possible sur la région enflée. Attention à ne pas créer un garrot!
entorseE : L'éducation par votre thérapeute est importante afin d'éviter la surinvestigation médicale, la surmédication et les modalités passives inutiles.

Ensuite, passé les premiers jours, on applique les principes du LOVE :

L : On commence par une mise en charge progressive sur le membre atteint (load), sans douleur, pour ensuite reprendre graduellement les activités habituelles.

O : On favorise l'optimisme afin de conditionner son cerveau (neuroplasticité), qui influence directement la perception de la douleur et la vitesse du rétablissement, vers une guérison optimale. 

V : On facilite la vascularisation du tissu atteint avec une activité cardiovasculaire. Il est recommandé, dès le jour 3, d'effectuer du cardio sans douleur pour un maximum de 20 minutes, 2 fois par jour.

E : Des exercices de souplesse, de renforcement et de proprioception favorisent un retour à la normale.

Dans son attirail thérapeutique, le physiothérapeute dispose de techniques pouvant favoriser la guérison, c’est pourquoi il est pertinent de le consulter assez rapidement. Dans le cas d’un traumatisme plus violent ou d’une incapacité à mettre du poids sur le membre atteint, une radiographie peut s’avérer pertinente afin de s’assurer qu’il n’y a pas de fracture associée à l’entorse.

Quelle est la suite?

Malheureusement, après une entorse, le risque de récidive augmente. En effet, le ligament ne récupère pas toujours ses qualités prélésionnelles, ce qui signifie qu’un certain jeu articulaire (laxité ligamentaire) peut subsister même après la guérison (cicatrisation des tissus). Par ailleurs, le ligament comprend des récepteurs qui indiquent la position de l’articulation par rapport au reste du corps. Cette fonction se nomme la proprioception. Ces récepteurs perdent leur efficacité à la suite d’une entorse prédisposant ainsi l’articulation à une nouvelle lésion. C’est pourquoi il est primordial de consulter son physiothérapeute afin d'obtenir des exercices spécifiques pour rééduquer la proprioception ainsi que les autres mécanismes compensatoires et ainsi mieux prévenir les entorses subséquentes.

En résumé, l’entorse n’est pas une blessure banale pour laquelle il suffit d’attendre que la douleur disparaisse. Une bonne réadaptation est nécessaire afin de favoriser la guérison et de minimiser les risques de récidives.

 

Sources :

Dubois, B. (2019). PEACE & LOVE : nouvel acronyme de traitement des lésions traumatiques. La Clinique Du Coureur, https://lacliniqueducoureur.com/coureurs/blogue/archives/peace-love-nouvel-acronyme-de-traitement-des-lesions-traumatiques/

Dubois, B. et Esculier, J.-F. (2019). Soft tissue injuries simply need PEACE & LOVE. Blog : British Journal of Sports Medicine, https://blogs.bmj.com/bjsm/2019/04/26/soft-tissue-injuries-simply-need-peace-love/

Partager cet article
Nouveau call-to-action