Accueil
LogoSanteExtraFR

English

L'activité physique après une commotion cérébrale: bon ou mauvais?

Publié par PhysioExtra, le 15 septembre 2021

Les conseils de nos experts

Après un coup à la tête, un accident, une chute, ou tout autre événement impliquant un impact direct à la tête ou indirect sur le corps, il est possible que vous ayez subi une commotion cérébrale, ou traumatisme craniocérébral léger (TCCL). Avant toute chose, il faut savoir comment la reconnaitre. Ensuite, il faut suivre certaines étapes de récupération.

La première étape recommandée est habituellement le repos. Mais combien de temps doit-on se reposer? Que veut-on vraiment dire par «repos»?

Ce qu'en dit la science

Les connaissances scientifiques entourant la commotion cérébrale sont en constante évolution. En 2001, les premières recommandations du Concussion in Sport Group (CISP), un groupe d’experts reconnu mondialement, favorisaient le repos strict (aucune activité physique ni cognitive, limiter au maximum les stimulations telles que le bruit et les écrans) jusqu’à la disparition des symptômes, suivi d’un retour graduel au sport.

Aujourd’hui, à la lumière des résultats de nouvelles recherches, on sait maintenant qu’un certain niveau d’activité physique aérobique peut favoriser la récupération.

Les recommandations plus récentes, qui s’appuient sur des études réalisées auprès des athlètes, suggèrent désormais une période brève de repos, c’est-à-dire de 24 à 48 heures, suivi d’un retour graduel aux activités.

Une étude de l’Université de Toronto parue en 20181 tend même à montrer que plus nous retardons le début de l’activité aérobique, moins la trajectoire de réadaptation est favorable. Cette étude conclut que l’activité aérobique devrait être introduite graduellement dès la première semaine suivant une commotion cérébrale pour permettre un retour au sport et au travail plus rapide.

L’objectif est simple: remettre le système nerveux en action afin de favoriser un retour à l’équilibre des systèmes, permettant ainsi de diminuer les symptômes de fatigue, de sensation de brouillard mental et d’intolérance à l’exercice.

L'activité aérobique, oui, mais pas n'importe comment!

Alors, comment on s’y prend et par où on commence? Les activités aérobiques généralement recommandées sont le vélo stationnaire ou la marche puisque ces activités provoquent moins souvent des symptômes. Considérant que l’intolérance à l’activité physique est un symptôme commun après une commotion cérébrale, il est important d’y aller très graduellement.

Être guidé par un professionnel de la santé est fortement suggéré. Les physiothérapeutes experts dans le traitement des commotions cérébrales sont habiletés pour évaluer vos capacités aérobiques initiales et vous recommander des paramètres personnalisés, afin d’éviter d’en faire trop, trop vite. Chaque personne est différente et présente une constellation personnelle de signes et symptômes à la suite d’une commotion cérébrale. Il est donc important d’individualiser votre plan de traitement afin de vous permettre de retrouver l’équilibre de vos systèmes le plus efficacement possible. L’objectif de votre physiothérapeute sera de graduellement augmenter l’intensité de l’activité physique, tout en gardant vos symptômes sous contrôle; le but n’étant pas de les exacerber.

Il est possible que votre physiothérapeute vous demande de monitorer, par exemple, votre fréquence cardiaque durant l’exercice, afin de vous permettre de garder un œil sur l’intensité recommandée. Cette mesure donnera aussi une indication à votre thérapeute sur la manière dont votre système nerveux réagit à la prescription de l’exercice, un peu comme un médecin prendrait votre pression artérielle après vous avoir prescrit de la médication contre l’hypertension.

Votre thérapeute vous suggérera spécifiquement une fréquence, une intensité et une durée d’activité aérobique et vous informera des effets recherchés et des critères de cessation de l’activité. Vous pourrez ainsi vous concentrer pleinement sur votre réadaptation, en toute confiance.

Au fil des semaines, vous devriez voir vos symptômes de fatigue et de sensation de brouillard se résorber, ainsi que votre tolérance à l’exercice augmenter.

Pour en savoir plus

Cet article vous parle? Vous souhaitez être guidé dans le processus de récupération à la suite d’une commotion cérébrale? Que votre accident soit récent ou remonte à plusieurs années, nos thérapeutes experts de la Clinique des commotions PhysioExtra peuvent vous aider!

Ces experts sauront vous informer, vous guider et vous fournir un plan de traitement personnalisé selon vos symptômes. Au besoin, ils pourront aussi vous recommander des approches complémentaires telles que la thérapie manuelle, l’approche vestibulaire, ou toute autre approche pertinente pour une récupération optimale.

Ne restez pas seul avec vos symptômes, nous sommes là pour vous!

 

Article écrit par Dominique Béland, physiothérapeute et experte à la Clinique des commotions PhysioExtra

 

Source:

(1)Lawrence, D. W., Richards, D., Comper, P., & Hutchison, M. G. (2018). Earlier time to aerobic exercise is associated with faster recovery following acute sport concussion. PloS one, 13(4), e0196062. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0196062

Besoin d’en parler à un professionnel?

D'autres articles qui pourraient vous intéresser...

Femmes et homme dans une piscine avec accessoires d'exercice
Activité physique

La réadaptation dans l'eau: essayez l'aquathérapie!

Comme un poisson dans l'eau! La simple idée d’effectuer des exercices vous donne des sueurs...

Homme et femme avec vêtements d'hiver et équipement de planche à neige
Sports d'hiver

Planche à neige: 3 choses à savoir pour une saison réussie

Bien se préparer et bien réagir Durant la saison hivernale, nombreux sont les planchistes qui...

Femme en vêtements de sport qui fait un exercice au sol sur tapis de yoga
Activité physique

Retour au sport après l'accouchement: quand? comment?

Les conseils de nos physiothérapeutes Sur les médias sociaux, il arrive de voir des femmes...