Publié par PhysioExtra, le 8 novembre 2019
ATM
Mal de tête? Pas nécessairement une conséquence de votre party de bureau!

Pour mieux comprendre les causes possibles

Que ce soit après une mauvaise nuit de sommeil, un party de bureau bien arrosé ou en raison d’un mauvais rhume, il n’est pas rare que l’on ressente un mal de tête, aussi appelé céphalée. Mais d'autres facteurs peuvent aussi être en cause.

Lorsque la douleur provient du cou

La céphalée est une condition fréquente qui a bien des origines et qui est, malheureusement, ressentie par une majorité d’entre nous, à un moment ou à un autre de nos vies. Alors si vous en souffrez, n’ayez crainte, vous n’êtes pas seul! Dans le cas où votre mal de tête ne correspond pas aux exemples énumérés précédemment ou bien que la douleur persiste dans le temps et qu’elle survient au même moment qu’une douleur au cou, il est possible que vous ressentiez une céphalée d’origine cervico-génique.

Cette douleur est directement reliée à une problématique au cou, même légère. Des conditions telles qu’un torticolis, une entorse cervicale ou simplement une raideur articulaire peuvent entraîner une réaction musculaire qui reproduit des douleurs au niveau de la tête. On appelle ce phénomène une zone de référence.  L’exemple de ce type de manifestation qui vient souvent en tête est une douleur à l’épaule gauche lors d’une crise cardiaque; il n’y a pas de lien direct entre le cœur et l’épaule mais pourtant, la douleur est belle et bien ressentie à distance du problème. C’est la même chose pour le cou et la tête, mais fort heureusement, de façon beaucoup moins grave!  Chez la majorité des patients qui consultent pour une douleur au cou, une céphalée était présente au début du problème ou s’est développée en cours de route.

La névralgie d'Arnold

Une réaction douloureuse typique est appelée la névralgie d’Arnold. Les muscles à la base du crâne peuvent être en spasme (communément appelé un nœud musculaire), ce qui vient irriter le nerf qui passe tout près et reproduire une douleur derrière la tête, sur le cuir chevelu. La névralgie d’Arnold peut aussi être secondaire à une irritation tout près de l’articulation de la 2e vertèbre cervicale.

Les «trigger points»

Par contre, le plus fréquent est une douleur qui provient directement d’un muscle en spasme que l’on appelle « trigger point ». Lorsque l’on touche ce point, il est possible de créer une douleur à distance. Cette condition peut être traitée par différentes techniques manuelles, incluant le massage et l’acupuncture. Le schéma suivant peut vous donner une idée des différents muscles et de la zone de référence qui y est associée. 

céphalée_PhysioExtra

Une fois la douleur atténuée, il devient important de comprendre pourquoi le muscle s’est tendu (ce qui a créé le « trigger point ») : y a-t-il une faiblesse musculaire, une raideur ou bien trop de mouvement? De cette façon, on s’assure de régler le problème de manière plus permanente.

La mâchoire peut aussi être en cause

En plus du cou, l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) communément appelée la mâchoire peut aussi causer de la douleur au niveau de la tête pour les mêmes raisons que celles énumérées précédemment. La douleur est alors localisée plus près des oreilles.

Qu'en est-il de la migraine?

Il ne faut pas confondre la céphalée avec la migraine. Ces deux conditions nécessitent une médication et une approche différentes. Si votre douleur à la tête est très importante, fréquente et diffuse, qu’elle s’accompagne de vomissements, de halo lumineux, de sensibilité au son et à la lumière, il est plus probable que vous souffriez d’une migraine, qui n’a pas de lien avec le cou, et qui devra être traitée en collaboration avec votre médecin.

Partager cet article
PRENEZ RENDEZ-VOUS  N'attendez-plus pour consulter un expert en santé physique ou mentale, proche  de chez vous. Je souhaite prendre rendez-vous